samedi, novembre 11, 2006

Sur le parvis de Sambre, Lobbes et Thuin : .


Sur le parvis de Sambre,
Lobbes et Thuin
ainsi que deux cités gemelles
sont parmi les plus belles sur la route des eaux.

Ainsi que deux bastions
flanqués de hauts pignons
et de toits accolés
qui dressent leurs cheminées
vers le ciel de velours.

Ainsi que deux balcons
tout festonnés de rampes,
de murs et de remparts,
de ruelles escarpées à vous couper le souffle,
à vous rompre le cœur,
au plus haut du bonheur.
Lobbes et son clocher-tour,
Thuin et son beffroi ouvragé
de tourelles épointées,
j'aime à les contempler
quand le ciel de Thudinie
répand sa douceur infinie.

J'aime à les voir dévaler
du haut des promontoires,
blocs sur blocs,
pierres sur pierres,
de tuiles et d'ardoises,
arbres en bouquets serrés
jusqu'au chemin des quais.

Des quais tout encombrés
de barges et de péniches,
de remorqueurs et de chalands,
de mariniers et d'enfants.

Que de tours là tout en haut,
que de clochers là tout en bas
qui se toisent déjà
qui se tendent les bras
qui se répondent de loin en loin,
de Lobbes à Thuin,
par le signal de leur flèche,
par la magie de leur voix

Ville haute et ville basse
à jamais réconciliées
dans une même respiration tranquille,
celle de l'eau,
dans un même reflet partagé,
celui du ciel.